Sortie du nouveau livre de Thierry Saussez : Manifeste pour l’optimisme

J’ai écrit ce livre pour tenter de résoudre une énigme française.  Pourquoi sommes-nous champions du monde du pessimisme, de la défiance collective, alors même que notre confiance individuelle est forte et que l’immense majorité des Français s’estiment heureux ?

J’avais commencé mon ouvrage lorsqu’est sorti un best-seller inattendu, un petit livre d’à peine trente pages intitulé « Indignez-vous ». Rédigé par une personnalité très honorable et respectée, Stéphane Hessel, il nous invite à nous indigner de tout, l’argent-roi, les inégalités, la dictature des marchés financiers, la mondialisation, les riches, la sécurité sociale et les retraites bradées, les féodalités économiques, etc. La ligne est d’en revenir au programme du Conseil National de la Résistance, c’est-à-dire soixante-sept ans en arrière…

J’y ai trouvé bien des poncifs évoqués dans ce livre : la nostalgie d’un passé qui ne reviendra jamais, la machine à déprimer, l’angle systématiquement négatif, le verre à moitié vide, le « y’a qu’à, faut qu’on » pour tout faire financer par l’Etat-providence, sans jamais dire comment. Nous sommes au cœur d’une spécialité bien française, très en vogue, la cohorte des pseudo-experts qui nous prédisent toujours le pire, des dézingueurs et des nouveaux mesquins.

Avec tout le respect dû à l’honorable « indigné », peut-on lui faire remarquer, en plus, que contrairement à ce qu’il indique, la liberté de la presse n’est pas menacée. Sans doute même a-t-elle rarement été aussi critique et persifleuse envers le pouvoir politique mais aussi, pour reprendre ses termes, envers celui des « puissances d’argent » qui le financent. Où donc, Monsieur Hessel, avez-vous vu que l’idéal de l’école républicaine était mis au service de la société de l’argent ?

Quand vous dénoncez la course à l’argent  et l’encouragement de la compétition, est-ce pour nier le droit de chacun d’améliorer son pouvoir d’achat ? Pourquoi, vous qui êtes un exemple et prônez la non-violence, témoignez-vous de compréhension à l’égard des actes terroristes du Hamas en les présentant comme une forme d’exaspération presque naturelle ?

L’indignation est sans solution et sans espoir. Elle ne fait qu’entretenir ce mal français, l’exagération des risques et des souffrances, le recours à la victimisation, la recherche de boucs-émissaires.

Ce n’est pas d’indignation dont la France a besoin, c’est d’action, de mobilisation, d’engagement.

Assez de défiance ! Le culte du déclin, ça suffit ! Ras le bol des prophètes de malheur !

Dans la France d’aujourd’hui, confrontée au monde réel, la bataille entre confiance et défiance est engagée. Plus que jamais, pour reprendre la phrase du philosophe Alain, « le pessimisme est d’humeur, l’optimisme de volonté ».

La seule querelle qui vaille est de savoir si la somme de nos confiances individuelles peut devenir la grande force d’entraînement collectif à laquelle, comme si souvent dans notre histoire, rien ne résistera.

A vous de choisir.

 

Le Blog du Livre

13 Responses to Sortie du nouveau livre de Thierry Saussez : Manifeste pour l’optimisme
  1. Verceuil

    Enfin un homme, un vrai, dans ce pays de pleureuses !!!
    Marre de voir des bobos gauchos se plaindre chaque jour sur les plateaux de nos chaines télé au nom des autres dont ils ne connaissent rien !

  2. hervé lyon 6

    Merci pour cette réaction face à la sinistrose qu’on cherche à nous asséner à longueur de temps !
    On vit une époque extraordinaire de progrès et d’avancées de toutes sortes…. et on ne parle que des trains qui arrivent en retard !
    Enfin quelqu’un qui des c…..pour aller à contre-courant

  3. Soubies Michel

    Je soutiens votre démarche pour une approche optimiste et volontariste.

  4. Jean-Louis Cuvelier

    Merci pour cette initiative. Il est temps en effet que nos concitoyens cessent de penser ce que les médias leur dictent à longueur de journée.
    Il serait souhaitable que le négativisme cesse très tôt déjà à l’école.
    je ne peux que me réjouir de votre initiative car chaque semaine depuis un an je pratique avec des amis le positivisme pour pouvoir avancer plus vite vers la réussite dans nos activités respectives.
    j’ai pris l’habitude chaque matin de remercier l’univers pour ce qu’il m’ a déjà donne et ce qu’il m’offre au réveil tout en gardant les pieds sur terre. Il faut vivre intensément l’instant présent.
    Cordialement

  5. Catherine LOUIS

    Je voudrais tant entendre de belles pensées, de belles réalisations, de beaux projets.

    Et je les entends déjà autour de moi : là une jeune femme de 25 ans crée son commerce, ici les cadres sup innovent pour gérer des entreprises où la richesse est l’être humain, là encore, les ventres s’arrondissent car notre France aime les enfants et tant d’autres évènements….

    Je voudrais tant que les médias diffusent les bonnes nouvelles car tout cela, c’est maintenant !
    Si Optimisezvous, prenez l’initiative de dire tout cela, je suis des vôtres tout de suite !

  6. sévin

    Par hasard j’ai vu S Hessel à la télé. On le complimentait pour son petit brulot. Personne, les invités avaient été bien choisis, ne s’est « indigné » devant tant de négation, de fausses valeurs, de retour à une jeunesse qui n’est plus celle d’aujourd’hui. Tous bavaient devant lui et avaient envie de prendre un marteau pour tout casser. Et après? Il ne proposait rien sinon des recettes éculées par l’âge. C’est un oiseau de mauvais augure qui a interpellé un temps mais sa mayonnaise est vite retombée. Il faut regarder devant soi et pas dans le rétroviseur. Il faut se battre pour réussir et ne rien attendre des autres. Il faut être soi pour aller de l’avant.

  7. PIERROT christian

    vous avez 100 fois raison de dénoncer vous aussi après notamment Luc FERRY, et avec cette indispensable force, les nihilistes de la bande des éternels catastrophistes, annonceurs de la fin du monde, détracteurs du progrès si en vogue actuellement (qui ont toujours existé à toutes les époques) qui ne cessent de harceler et de faire le malheur des Français souvent trop naïfs, pour les ancrer un peu plus dans leur sinistrose et qui sont trop satisfaits de trouver ces boucs émissaires qu’on leur jette à la figure.
    – quand est ce que la gauche française, car c’est bien d’elle qu’il s’agit et plus que celles des autres nations Européennes, sera enfin honnête avec elle même en reconnaissant les évidences, économiques et morales, et à commencer par l’argent qu’elle ne rechigne pas à empocher, qui gouvernent les rapports humains et le monde quand il n’est pas soumis à la tyrannie, COURAGE, CONTINUEZ sans cesse

  8. Constantjacq

    http://www.thinkbusiness.fr/Positivez-C-est-contagieux_a8.html

    Merci de votre initiative ; je relai cette initiative sur mon blog et je vais la partager dans les prochaines semaines avec l’ensemble de mes réseaux.
    Thierry

  9. Eric Noirot

    Je soutiens votre démarche de tout coeur
    Je suis très impatient de lire le livre que je vient de m’offrir
    Et je vais essayer de diffuser la bonne parole autour de moi
    Cordialement
    Eric Noirot

  10. Tous Optimistes

    Voilà une initiative qui ne pouvait que nous réjouir puisqu’elle va dans notre sens, le site http://www.tousoptimistes.com rassemble déjà des milliers d’adeptes de l’optimisme, nous avons sûrement des synergies à jouer.
    La Rédaction de TousOptimistes.

  11. Verrier

    Pas du tout d’accord avec les précédents avis. A lire vos propos M. Saussez, une question me taraude : pourquoi tirer autant à boulets rouges sur S.Hessel ? Quelle hargne ! Pourquoi optimisme et indignation n’iraient-ils pas de pair ? … S’indigner face à l’injuste répartition des richesses et des pouvoirs n’empêche pas d’être optimiste. Au contraire ! A bien lire Hessel, c’est même un préalable positivant pour permettre d’envisager un système moins inique. Pas de sinistrose alarmiste dans cette démarche, et encore moins de nostalgie passéiste. C’est tout l’inverse, M. Saussez !

  12. Thierry Saussez

    @Verrier
    Non. Optimisme et indignation ne vont pas de paire. L’indignation (généralement de tout et de rien) est sans espoir et sans solution. Elle est négative, ne produit rien. L’optimisme est constructif, entrainant, mobilisateur. D’ailleurs, je peux l’affirmer avec mon expérience d’élu local, les personnes les plus en galère, quand elles veulent s’en sortir, ne choisissent pas l’indignation mais la motivation. Elles n’ont pas le temps, elles, d’avoir des état-d’âmes. Amitiés.

  13. de ANDRADE

    Apprécier tous les bons côtés de la vie oui, et il y en a mais comment ne pas être inquiets devant notre terre et ses océans qui sont en perdition? Que léguons-nous à nos enfants et petits enfants?
    On ne nous dit pas tout,je dirais même plus, on nous cache les problèmes.Il faut aller creuser pour comprendre où en est réellement notre planète et là les médias sont plus que silencieuses. Si la population SAVAIT il y aurait une révolution.
    Ce crucial problème n’est absolument pas pris en compte par les gouvernants en France et ailleurs. Il ne s’agit pas de retourner en arrière mais de mettre toutes les chances de notre côté, de décider ensemble de réduire le CO2 par exemple, de faire en sorte que la population mesure les enjeux et décide de bien vouloir remédier au problème même si elle doit vivre autrement.
    Pourquoi construire des appareils qui n’auront qu’une durée de vie de 3 ans quand on sait très bien les réaliser pour 10, 15 ans et plus? Mais il faut un fédérateur et, pour moi, vu l’ampleur du problème, ce doit être l’état, les états.
    Qui lancera sur le plan mondial l’idée d’aller au secours de notre planète? Ce me semble plus vital que la course aux poignées de dollars au moins pour la majorité de la population de la terre.
    Et… apprendre à partager nous pourrions aussi en parler….
    Pessimisme? en effet quand on joue la politique de l’autruche et que l’on n’a aucune action en direction du PROBLEME.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Merci de renseigner votre nom, email et commentaire.