Médias

Nous sommes ici par la volonté des médias.

Des syndicalistes viennent de retenir en otages durant une nuit deux dirigeants d’une entreprise parce que, selon eux, « c’est le seul moyen de retenir l’attention des médias ».

En 1990, j’ai consacré un livre « Nous sommes ici par la volonté des médias » à la façon dont les médias et bien sûr, en premier lieu, la télévision rythmaient notre vie collective, influençaient l’opinion, conduisaient aussi à inventer des gestes permettant de faire l’actualité.

L’image est irrationnelle, spectaculaire, émotionnelle, sensationnelle. Dans le monde cathodique, ce qui ne fait pas image n’existe pas. Cela a bien sûr ses limites. Nous croyons ce que nous voyons mais nous voyons seulement là où il y a des caméras pour filmer. Cette hiérarchisation de l’actualité implique donc de créer l’événement, le scoop, y compris en marge de la loi ou à son encontre, pour espérer avoir accès aux médias.

Des séquestrations aux voitures brûlées pour voir son « oeuvre » à la télévision jusqu’aux attentats les plus spectaculaires, il est indéniable que la protestation et même le terrorisme intègrent aujourd’hui la dimension médiatique. Et reviennent en boucle les questions lancinantes : faut-il tout dire, tout montrer, quelles limites, quelle distance ? Peut-on jouer un rôle important pour promouvoir des comportements positifs en évitant de le faire pour les comportements négatifs ?

Il s’agit d’autant moins de donner des leçons que nombre de médias et de journalistes se posent ces questions. Il s’agit d’avoir une réflexion collective sur notre capacité à éviter que nos sociétés, de plus en plus interconnectées, fassent de la violence sous toutes ses formes l’élément de représentation le plus aisé à être diffusé.

 Haut de page