L’engagement, valeur de l’optimisme

L’indignation peut précéder l’action mais le plus souvent elle est statique, proclamatoire quand elle ne débouche pas sur l’aigreur et  la jalousie. Le fameux « y-a-qu’à, faut qu’on » sert de paravent à l’absence d’engagement personnel et à la démission collective.

Acteur et pas seulement spectateur, l’optimiste a des convictions. Il s’engage. Cet engagement peut être associatif, syndical, professionnel, politique notamment au niveau local. Il va de l’entraide dans son quartier au soutien des grandes causes humanitaires.

Si vivre c’est agir, alors s’engager c’est construire sa vie. Patrick Poivre d’Arvor

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Merci de renseigner votre nom, email et commentaire.