La confiance, valeur de l’optimisme

La confiance est sensible, subtile, complexe. C’est un état intermédiaire entre le savoir et le non savoir, à la fois une chance et un risque.

La confiance est un économiseur d’informations, un réducteur de la complexité, un neutralisateur d’incertitudes. Sans elle, on risquerait de ne jamais rien décider ni de ne jamais rien faire avec les autres, c’est-à-dire de rétrécir sa vie.

C’est pourquoi, elle doit être entretenue par des exercices quotidiens pour garder confiance en nous, inspirer confiance aux autres.

C’est également pourquoi  il faut analyser en permanence ses forces et ses faiblesses pour optimiser les unes et limiter les effets des autres. Plus sûr de soi, on fait davantage confiance aux autres.

Pour un peuple réputé pessimiste, la bataille de la confiance est une cause d’intérêt général : faire de la somme de nos confiances individuelles une grande force collective.

On est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance. Cardinal de Retz

One Response to La confiance, valeur de l’optimisme
  1. Lahcen

    L’optimisme est une grande force pour réussir et affronter les obstacles de la vie.Ses dix valeurs que vous avez citées sont des sous-forces qui s’entraident entre eux pour nous pousser à travailler avec passion malgré les difficultés.Si nous veillons au maintien de leur force, nous resterons toujours gais et optimistes.
    Le sujet du livre est très intéressant pour tout progrès positif.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Merci de renseigner votre nom, email et commentaire.