AMOUR

On pense naturellement que l’amour rend la vie meilleure, qu’il constitue une somme d’engagements qui transcendent la logique matérielle et donnent un sens singulier à notre vie, que rien ne compte plus que les sentiments, que cette émotion positive face à une personne que l’on juge irremplaçable. André Malraux disait que la plus belle chose qu’on puisse dire à une femme n’était pas « Vous êtes belle » ou « Vous me plaisez » mais « Vous m’êtes indispensable ».

Les enquêtes disponibles sur le niveau de satisfaction et de bonheur confortent effectivement cette thèse. Les gens qui se déclarent extrêmement heureux ont quasi tous une relation amoureuse épanouissante. Les personnes mariées sont moins dépressives, plus résistantes. L’un des indicateurs d’une vie réussie est donc bien d’entretenir une relation affectueuse,
intime, durable.

Cet amour prend quatre formes principales.

La première s’adresse à ceux qui renforcent notre confiance, nous guident, nous conseillent, nous accompagnent, nous donnent du bien-être. C’est le sentiment qu’éprouvent les enfants pour leurs parents. En extrapolant, on le trouve également dans les relations d’amitié plus sélectives, plus choisies, davantage réservées à des plaisirs en commun mais susceptibles aussi d’aider à traverser des moments difficiles. Plus ces amitiés sont anciennes, durables, de ce fait jamais très nombreuses, plus elles constituent un indicateur de bonheur.

La deuxième grande forme de l’amour concerne ceux que nous protégeons, qui dépendent de nous pour les bienfaits que nous leur prodiguons, ceux pour lesquels nous sommes prêts à tous les sacrifices et dont le bonheur nous rend heureux. C’est l’amour des parents pour leurs enfants.

Il y a également, bien sûr, l’amour romantique, celui du rapprochement intime, physique, émotionnel, sexuel, qui nous fait idéaliser l’autre, embellir ses attraits, minimiser ses défauts.

Et puis, il y a l’agape des anciens Grecs, l’amour du prochain, la connexion avec l’humanité, l’altruisme.

Dans tous les cas de figure décrits, convenons avec Jean Cocteau que, plus que l’amour, il y a des preuves d’amour. Un mot, une attention, un baiser, se sentir, se toucher, s’enlacer, s’apprécier, admirer, sont autant de signes d’intérêt, d’amitié, de tendresse ou d’amour.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Merci de renseigner votre nom, email et commentaire.